Douleurs de dos : les consoles

Douleurs de dos : les consoles

Les consoles : au revoir les douleurs de dos et bonjour le confort!

Mais quèsaco ?

Se pencher en avant : une vraie ou fausse bonne idée ? Éviter ce geste ou au contraire profiter de ce mouvement pour agir avec plaisir et sans risque ? 

Les conseils pour éviter de se faire mal au dos n’évoluent pas. Les mêmes conseils sont rabâchés depuis des décennies malgré leur inefficacité criante : les douleurs de dos sont sans cesse en augmentation! 

Les consoles représentent une méthode facile à mettre en place et très efficace sur le long terme. Encore faut-il apprendre à bien les utiliser et les installer dans notre mémoire procédurale afin qu’elles soient efficientes à vie. 

Pourquoi se muscler n’est-il pas suffisant ?

  • Le premier rôle des muscles est l’action : nous faire bouger pour assurer locomotion, préhension, etc… Le rôle protecteur des muscles est un système complexe très difficile à concevoir par une vision simplifiée. Mais on peut dire qu’une musculation des muscles du tronc à des fins de protection peut amener une diminution des mouvements de la colonne vertébrale. Pourtant, pour notre colonne vertébrale, le mouvement est primordial; les courbures vertébrales en sont un des fondements. Le gainage augmente la force mais pas la mobilité. Or c’est la mobilité qui rend le dos solide : si nous comparons l’axe vertébral à un mât de voilier, nous avons un exemple mécanique parfait de ce phénomène.
  • Nous avons, au jour le jour, la musculature nécessaire à notre vie quotidienne. Aussi, si nous avons une vie très sédentaire, nous avons une musculature relativement appauvrie. Si, par contre, nous sommes sportif, nous allons avoir une musculature de sportif. Mais, un muscle a besoin d’entraînement régulier afin de conserver sa puissance et sa force; les adeptes de la musculation le savent bien! 
  • Au niveau de l’axe vertébrale, la musculature éventuelle de protection doit être parfaitement équilibrée pour éviter une composante de tassement des vertèbres les unes par rapport aux autres. 

Il en résulte que gagner en puissance musculaire à des fins de protection de l’axe vertébrale n’est pas simple; il faut être très régulier et strict dans sa pratique, se faire aider par des professionnels afin d’ équilibrer parfaitement cette musculature, et conserver de la mobilité du rachis en toutes circonstances.

De plus, en cas de diminution de l’activité physique ciblée, la fragilité de l’axe vertébral est très vite maximale puisque le cerveau n’a pas enregistré les autres méthodes de protection. 

Se pencher en avant : pourquoi, comment ?

Se pencher vers l’avant est juste vital. C’est d’ailleurs pour cela que nous avons des pieds devant et non derrière : pour nous propulser en avant lors de nos déplacements, et pour nous empêcher de tomber quand notre buste dépasse notre centre de gravité vers l’avant. Notre regard nous amène vers l’avant, que ce soit au niveau des déplacements spatiaux ou des actions de préhension : l’oeil voit la direction à prendre ou l’objet à manipuler. D’ailleurs, nous allons où nous regardons alors même que nous pensons regarder où nous allons!

Nous inclinons en permanence note buste vers l’avant pour 2 raisons principales  :

  • dans tous les mouvements de déplacement spatial
  • pour l’action de nos bras et mains

Nous voyons donc que l’action de se pencher en avant est incontournable dans notre vie quotidienne. Apprenons juste à le faire dans le plaisir et sans risque.

Que se passe-t-il suite au message de ne pas se pencher en avant ? 

Comme cette action fait parti de notre quotidien, la personne se penchera régulièrement en avant, mais la peur et la culpabilité se seront installés… Du coup, elle tentera de freiner son geste en permanence, et augmentera ainsi les tensions des muscles du dos. Elle se retrouvera dans une double contrainte : « je dois me pencher vers l’avant pour agir mais cette action est dangereuse… »

Cette double contrainte augmente le stress cognitif et le corps réagit en augmentant les tensions. Le cercle vicieux est en place. 

La solution : agir au quotidien dans les geste de la vie courante

  • C’est l’élément phare de ma technique depuis 25 ans : les gestes de la vie courante comme éléments de prévention, thérapeutiques, et de motivation. Plus besoin de planifier sa séance d’exercices, sortir son tapis, s’installer et essayer de se motiver. 

    Bien sûr, faire des exercices, des étirements, travailler votre souplesse, entretenir votre musculature et rester vigilant à propos du bon fonctionnement de votre corps reste utile et même précieux; alors n’hésitez pas à démarrer ou maintenir ces bonnes pratiques. 

    Mais agir durant les gestes de la vie courante vous permet de faire une bonne partie de tout ça! Etirer votre dos ou travailler la solidité votre cheville pendant que vous vous lavez les dents; vous muscler de manière équilibrée pendant que vous faites votre ménage ou faites votre jardin ou toute autre activité à domicile; éviter de vous faire mal dans une multitude d’actions quotidiennes nocives par leur répétition. La liste est loin d’être exhaustive. J’ai proposé des exercices concrets dans la formation en ligne : « Aimez votre dos » (https://smart-movements.learnybox.com/inscription-aimez-votre-dos/)

Les consoles : le truc le plus utile au quotidien

 

Les consoles représentent une méthode facile à mettre en place et très efficace sur le long terme. Encore faut-il apprendre à bien les utiliser et les installer dans notre mémoire procédurale afin qu’elles soient efficientes à vie.

Mettre les coudes sur la table est un exemple simple de console : il existe ainsi une force de poussée sur les bras qui remplace la force de traction du dos pour éviter de se tomber en avant. Les enfants le font de manière instinctive, puis le perdent plus ou moins suite aux injonctions sociales.

    • le coude gauche sur le genou gauche si vous agissez avec la main droite en avant (droitiers)

    • le coude gauche sur le genou gauche si vous agissez avec la main droite en avant (droitiers)

    • le front sur le meuble haut de cuisine pendant que vous êtes penché dans l’évier

    • un genou sur un tabouret pour laver devant et en hauteur (vitres par exemple)

    La liste est longue et presque infinie. Utiliser les consoles devient une hygiène de vie à laquelle nous ne pensons plus une fois qu’elle est intégrée. C’est simple, rapide et efficace.

    Tout appui nous permettant d’utiliser la force de la poussée terrestre afin d’éviter des forces de tractions arrières sont des consoles. Mais il ne suffit pas de poser la zone, il est nécessaire de créer un appui actif. 

    N’importe quelle zone du corps peut servir de console.

    les pieds

    les genoux 

    le bassin

    les bras : mains, coudes, épaules

    le front etc…

    Dès que vous agissez devant, pensez « console »

    Des exemples de consoles

    • le coude gauche sur le genou gauche si vous agissez avec la main droite en avant (droitiers)

    • le coude gauche sur le genou gauche si vous agissez avec la main droite en avant (droitiers)

    • le front sur le meuble haut de cuisine pendant que vous êtes penché dans l’évier

    • un genou sur un tabouret pour laver devant et en hauteur (vitres par exemple)

    La liste est longue et presque infinie. Utiliser les consoles devient une hygiène de vie à laquelle nous ne pensons plus une fois qu’elle est intégrée. C’est simple, rapide et efficace.

    En conclusion

    L’apprentissage est simple et peu énergivore. C’est juste très peu connu et souvent utilisé de manière inconsciente. Si vous commencez à vous y intéresser, vous allez dire : « mais je le fais déjà! » Et vous aurez raison. Je vous propose juste de le faire de manière plus systématique, plus consciente au départ afin de le généraliser à la plupart des gestes quotidiens, afin de le faire automatiquement et efficacement au long cours. 

    Tout votre corps vous dira merci! 

    Pour ceux que le sujet intéresse, je peux répondre à toutes vos questions sur ce sujet. N’hésitez pas, je suis là pour vous. 

    Douleurs de dos : les consoles

    Vous travaillez assis… Et vous avez mal au dos ?

    Raideurs, douleurs : notre corps doit s’adapter à la position assise active

    Travailler assis de manière aussi fréquente et prolongée est un nouveau challenge pour l’humanité : notre corps doit s’adapter à la position assise active

    S’adapter dans une société en pleine mutation, tel est le défi du corps humain! Mais conçu pour la survie grâce au mouvement et au déplacement spatial, l’immobilité lui pose quelques problèmes…

    Nos ancêtres cueilleurs – chasseurs ne vivaient pas assis, mais savaient s’asseoir pour se reposer, manger, palabrer…

    De position de repos, la position assise est devenue très subitement – à l’échelle de l’évolution de l’homme – position d’action et de travail.

    De position momentanée, elle est devenue une position de plus en plus prolongée.

    La notion de confort est venue s’incruster dans l’inconscient collectif : les sièges ont évolué dans une confusion invisible. Esthétique et confort ont primé sur le maintien de la santé, le plus souvent par méconnaissance.

    Les 3 raisons de base qui créent douleurs ou/et raideurs

    1° raison : notre colonne vertébrale est fabriqu