Vous travaillez assis… Et vous avez mal au dos ?

Vous travaillez assis… Et vous avez mal au dos ?

Raideurs, douleurs : notre corps doit s’adapter à la position assise active

Travailler assis de manière aussi fréquente et prolongée est un nouveau challenge pour l’humanité : notre corps doit s’adapter à la position assise active

S’adapter dans une société en pleine mutation, tel est le défi du corps humain! Mais conçu pour la survie grâce au mouvement et au déplacement spatial, l’immobilité lui pose quelques problèmes…

Nos ancêtres cueilleurs – chasseurs ne vivaient pas assis, mais savaient s’asseoir pour se reposer, manger, palabrer…

De position de repos, la position assise est devenue très subitement – à l’échelle de l’évolution de l’homme – position d’action et de travail.

De position momentanée, elle est devenue une position de plus en plus prolongée.

La notion de confort est venue s’incruster dans l’inconscient collectif : les sièges ont évolué dans une confusion invisible. Esthétique et confort ont primé sur le maintien de la santé, le plus souvent par méconnaissance.

Les 3 raisons de base qui créent douleurs ou/et raideurs

1° raison : notre colonne vertébrale est fabriquée pour le mouvement et s’auto-entretient par le mouvement

En cas d’immobilité prolongée et répétée, 2 phénomènes majeurs vont être à l’origine de raideurs et/ou douleurs :

  • La colonne vertébrale perd petit à petit de sa souplesse :

Lorsque notre corps rencontre une difficulté, il a vite tendance à se mettre en défense pour se protéger. Face à l’immobilité, sa défense spontanée est la mise en tension musculaire; cette mise en tension lui permet de transformer l’énergie cinétique en énergie statique. Mais ces tensions musculaires de protection deviennent très rapidement tassantes au niveau du dos, entrainant un phénomène d’augmentation des tensions de protection. Le cercle vicieux de la perte de mouvement est amorcé de façon inconsciente.

  • Les éléments constituants la colonne vertébrale sont mal hydratés et mal nourris ce qui les fragilise :

L’idée que nos os et nos cartilages sont vascularisés est une notion trop peu connue. Et pourtant, si une zone n’est pas vascularisée, elle se fragilise et meurt petit à petit. En effet, les besoins indispensables en eau et en nutriments sont apportés par la circulation sanguine.

Au niveau osseux et cartilagineux, cette vascularisation est peu pénétrante. C’est ce qui explique la longueur dans le temps de la consolidation osseuse après une fracture. Mais c’est ce qui explique aussi que si nous ne marchons pas, les os de nos jambes ne subissant plus de compressions et de décompressions, ils se déminéralisent (c’est le cas des personnes paralysés du bas du corps qui doivent créer tous les jours des compressions artificielles sur leurs jambes pour qu’elles ne se fracturent pas au moindre impact).

Notre colonne vertébrale est un empilement de vertèbres (os et cartilage) reliées par des disques inter-vertébraux composés de tissus fibroélastique (fibre de collagène et cartilage fibreux) et d’un noyau gélatineux. Et ces éléments subissent les mêmes règles pour assurer leur vitalité et leur solidité sur le long terme : être vascularisés pour être hydratés et nourris!

Boire est bien sûr indispensable pour hydrater, mais ça ne suffit pas! Si le liquide n’est pas amené jusque dans les plus petites zones, il est éliminé sans avoir rempli ce rôle! Dans nos vertèbres et nos disques inter-vertébraux, pour que le sang se mette en mouvement, une succession de compressions et décompressions est nécessaire. L’immobilité favorise la compression sans période de décompression, ce qui entrave la vascularisation et l’hydratation. Le mouvement permanent assure une bonne circulation sanguine et donc une bonne nourriture des constituants. de notre colonne vertébrale.

Nous avons tourné une vidéo qui vous explique précisément ce phénomène. N’hésitez pas à la visualiser : 

2° raison : la colonne vertébrale n’est pas faite pour se plier mais pour onduler

Le passage à la bipédie a obligé le corps à s’adapter. Les courbures vertébrales ont représenté un ajustement majeur. C’est ce qui a permis l’équilibre et la solidité lors des mouvements.

Mais n’oublions pas que toute l’évolution du corps humain a été basée sur… La marche! La marche permet de se déplacer et donc de vivre, car toutes les situations de survie sont liées au déplacement spatial.

Lors de la marche, l’ensemble de notre corps ainsi que notre colonne vertébrale exercent un mouvement spiralé. Nous ne pouvons pas négliger cet état de fait! Or, la position assise active favorise un mouvement de flexion-extension en compression et la tendance actuelle à se “caler” en “bonne position” fait oublier le rôle majeur des courbures vertébrales : le mouvement actif et spiralé!

Assis repos ou actif

3° raison : la position assise active et la position assise de repos : 2 situations bien différentes!

La position assise active

se caractérise par le fait que nous agissons (la plupart du temps avec nos mains et nos bras) alors que nous sommes assis, ce qui n’est pas naturel pour notre cerveau; il a plutôt enregistré la position assise comme une position de repos depuis des millénaires.

Le plus souvent cette action pourrait être accomplie en position debout. Mais ne demandant pas de déplacement spatial, la position assise est moins énergivore pour le corps. Le centre de gravité étant abaissé, cette position diminue les forces liées au maintien de l’équilibre.

Jusque là, tout est parfait! Mais…

  • les gestes accomplis par les bras et les mains augmentent les forces “tassantes” sur le bas du dos
  • la tendance du corps à rechercher le confort en position assise est contre-efficient physiquement et mentalement

Il est donc indispensable d’activer globalement son corps afin d’éviter ces tendances nociceptives.

Lors de la position de repos,

nos actions restent très limitées. Nous pouvons nous permettre de rechercher du confort, confort qui aide le corps à se reposer plus efficacement et plus rapidement. La position assise  de repos a été adoptée par l’humanité car l’économie d’énergie est un gage de survie.

Mais, la plupart des sièges sont conçus pour la position assise de repos, même ceux qui sont utilisés pour l’action. Et c’est là tout le problème : un mauvais postulat de départ.

L’évolution actuelle des sièges et de leur utilisation est restée dans cette confusion : améliorer le confort sans tenir compte de la capacité d’action de l’opérateur tant mentale que physique, et sans comprendre les effets pathogènes à long terme. Ou, à contrario, utiliser des assises qui mettent du mouvement permanent mais difficile et fatiguant à contrôler et qui ne permettent pas de passer momentanément à une position de repos (sièges assis-debout sur tige flexible, gros ballons, etc…)

Or, lorsque nous agissons assis, nous devons pouvoir passer facilement d’une position de repos à une position d’action, et inversement. Et le faire de façon adaptée.

Mais, la plupart du temps, soit nous considérons que nous devons agir en permanence (le fameux “tiens toi bien!”, ou pire “tiens toi droit!” qui a fait tant de dégâts), soit nous recherchons le repos malgré notre nécessité d’agir…

Il existe la voie du milieu : l’alternance fréquente, facile, efficace : passer d’une position à l’autre aussi souvent et rapidement que possible, sans même y penser. Passer d’un confort d’action à un confort de repos et réciproquement est le gage d’une bonne santé physique et mentale!

Que faire pour enrayer ou diminuer raideurs et douleurs?

Pas moins de 3 moyens sont à votre disposition :

  • Garder actives les courbures vertébrales
  • Rester en mouvement dans le respect de la physiologie
  • Passer régulièrement d’une position d’action à une position de repos et vice versa
1. Garder actives les courbures vertébrales

C’est la partie la plus contre-intuitive : dès que nous sommes assis, nous avons tendance à “caler” notre dos. Soit contre le dossier, soit dans une position dans laquelle les différents éléments s’empilent en se stabilisant les uns par rapport aux autres. Mais cette stabilisation des différents éléments se fait au détriment de la mobilité, et place le plus souvent l’ensemble de la colonne dans une position “à risques” (Voir vidéo VAG 2 ?).

Pour éviter ce placement immobile pathogène, il est nécessaire de :

  • conserver une action des pieds et des jambes afin de “décompresser” le dos
  • utiliser le tonus postural profond de la colonne vertébrale
  • s’entrainer à creuser et bomber le bas du dos en alternance (le coussin lombaire empêche ces mouvements spécifiques, d’où notre forte réticence)
  • bouger bras et mains à partir de l’ensemble du corps
2. Rester en mouvement dans le respect de la physiologie

Nous l’avons vu plus haut, la colonne vertébrale est faite pour onduler, comme un serpent!

Son mouvement logique est spiralé et pas seulement antéro-postérieur.

Ce principe est simple à mettre en action : il suffit de conserver des mouvements de rotation, en utilisant les bons axes et les bon pivots. Notamment le pivot des hanches, et le pivot au milieu du dos (spécifiquement entre la 11° et la 12° vertèbre dorsale).

Ce qui veut dire que c’est votre buste qui doit être le moteur du mouvement des bras et des mains, tout en respectant les principes exposés plus haut (dans la partie sur l’activité des courbures vertébrales). Les rotations ne sont plus contre-indiquées mais au contraire conseillées, et ne doivent surtout pas se faire uniquement au niveau du cou mais bel et bien au niveau de plusieurs étages du buste, y compris au niveau du bassin par rapport aux fémurs.

3. Passer régulièrement d’une position d’action à une position de repos et vice versa

Lorsque vous êtes actifs, c’est à dire que vous agissez, respecter les 2 points précédents est indispensable.

Mais lorsque vous avez un moment de repos, alors vous devez passer en mode repos au niveau corporel dans son ensemble. Rester en position active pour ne rien faire corporellement n’a aucun sens. Ce n’est pas du tout contre-intuitif, c’est simplement mal compris et mal enseigné. Et se placer en position de repos est le plus souvent devenu synonyme de “fainéant”, voir dangereux, dans l’inconscient collectif. Alterner consciemment les 2 positions demande donc parfois de changer sa vision de la physiologie humaine.

C’est au moment où vous passez en mode “repos” que le dossier est indispensable; il doit alors être bien réglé afin que la position de repos soit facile à prendre, confortable, et que vous puissiez passer aisément à la position active dès que nécessaire. C’est aussi à ce moment là que les accoudoirs vont être utiles afin de mettre vos épaules au repos. Mais ceci fera l’objet d’un autre article sur les causes des douleurs d’épaules en lien avec le fonctionnement assis actif prolongé.

Conclusion

Afin d’augmenter l’efficacité de ces principes sur le long terme, vous devez traquer toutes les situations de position active prolongée que vous rencontrez régulièrement.

Tous ces points sont bien sûr utilisables à un bureau! Mais pas que… Un autre exemple d’utilisation (pas assez connu) est le temps de conduite automobile. Vous pouvez sans problème activer vos courbures vertébrales, rester en mouvement au lieu d’être calé en permanence et alterner les positions repos/action tout en conduisant. Vous verrez ainsi que la conduite automobile devient moins fatigante pour le corps et pour l’esprit.

Et je suis certaine que vous pouvez trouver de nombreuses situations équivalentes. N’hésitez pas à en donner des exemples dans les commentaires ci-dessous : ce sera utile à tous les internautes!

Posture

Faire du sport est très utile pour entretenir notre capacité à bouger et pour se faire du bien au corps comme au mental. Mais cela ne compense pas l’utilisation de ces principes pendant les temps prolongés de position assise active. L’un ne remplace pas l’autre.

Et si le sport est pratiqué à trop haute dose ou trop en force, il peut devenir bloquant pour le mouvement par déséquilibre musculaire. Encore un juste équilibre à trouver et appliquer au jour le jour!

Ces principes demandent parfois un petit temps d’apprentissage et la prise de nouvelles habitudes. Mais sur le long terme, quel que soit votre état physique actuel, votre âge et votre taux de douleur ou de raideur, vous serez gagnant. Et surtout vous récupérerez votre autonomie et deviendrez acteur de votre santé et de votre bien-être.

Vous travaillez assis… Et vous avez mal au dos ?

Activez votre mobilité lombaire

Activez votre mobilité lombaire. Pour quoi   ?

Mobilité lombaire : pourquoi et comment l'activer

Pourquoi activer votre mobilité lombaire ?

Etes-vous adepte de la “bonne position” du dos ? De “l’économie” du dos ? Avez-vous mal, peur de bouger ?

Vous avez peut-être appris, en position assise, à caler votre dos avec un creux au niveau de la zone lombaire ? Faites-vous partie de ceux qui pratiquent cette méthode ? Ou non ?

Si oui, peut-être le faites-vous par choix, ou par contrainte puisque le dossier de votre siège de bureau a cette forme qui vous impose d’être en creux lombaire au repos ?

Si non, de la même façon, peut-être avez-vous choisi de ne pas le faire lorsque vous êtes installés devant votre ordinateur, ou peut-être n’avez-vous pas le choix si vous n’avez pas un siège qui vous permette?

Quoi qu’il en soit, il est nécessaire de vous donner des éléments vous permettant de faire un choix plus conscient.

Et de vous aider à activer un mouvement sain pour cette zone.

Pourquoi nous sommes contre les coussins lombaires ?

Au risque de vous surprendre, et en admettant que nous ne faisons pas consensus, nous disons fermement que nous sommes contre ce principe.

Pourquoi l’idée de caler le dos avec un creux au niveau de la zone lombaire pendant la position assise active peut-elle paraître une bonne idée ? Tout simplement dans l’idée de respecter la forme des courbures vertébrales. Mais… Car il y a un “mais” , ce n’est pas une bonne idée !

Revenant, si vous le voulez bien, au rôle des courbures vertébrales. Notre colonne vertébrale a évolué énormément au moment du passage à la bipédie. En passant de l’horizontalité (à quatre pattes) à la verticalité (position debout), notre corps a dû s’adapter. Et cette adaptation a été magistrale tant l’enjeu a été important. Les forces en présence n’étaientt plus du tout les mêmes, et les besoins de notre axe vertébral non plus.

L’être humain a dû trouver son équilibre, trouver d’autres manières d’absorber les chocs, et bien sûr trouver le procédé approprié de gérer les déplacements. Les courbures vertébrales représentent l’idée la plus géniale de la nature afin de gérer tout cela en même temps!

Les courbures lombaires sont un procédé extraordinaire pour amortir les chocs, et donner le mouvement nécessaire à l’équilibre et aux déplacements spatiaux.

Quid des coussins lombaires ?

Si on cale le dos “en bonne position”, on supprime toute idée de mouvement! Or notre colonne vertébrale a un besoin impérieux de mouvement pour garantir sa bonne santé sur le long terme. (voir la vidéo : https://youtu.be/_dFWE2_1SG4).

Les coussins lombaires, ou les dossiers imposant une forme en creux à notre zone lombaire, empêchent donc tout mouvement, pourtant déjà restreint lors de la position assise prolongée!

La sensation de confort n’est qu’illusoire.

Certes, ces coussins empêchent la fameuse position dos rond avachi qui est très préjudiciable (nous en reparlerons). Mais c’est vous qui devez corriger cette tendance à vous avachir! Comment ? En maintenant du tonus musculaire profond et en créant du mouvement actif. D’où l’exercice d’activation de la mobilité lombaire!

Activer la mobilité lombaire

Afin de créer du mouvement actif, il est nécessaire de :

  • Avoir de la liberté de mouvement
  • Oser bouger cette zone trop souvent présentée comme une zone “à risques”. Or c’est l’absence de mouvement qui la met en risque! Surtout si vous avez mal, car dès qu’il y a douleur, il y a une tendance réflexe à bloquer le mouvement.
  • Prendre conscience du mouvement juste en douceur.

Il ne vous reste plus qu’à pratiquer! L’exercice est en accès libre sur Youtube : https://youtu.be/9ge0CE7FLMI

Mobilité lombaire : pourquoi et comment l'activer

Vous avez aimé cet exercice ? Ce concept ? Visitez notre programme “Aimez votre dos”.

Le principe : transformez les actes de la vie courante en actes thérapeutiques!

https://www.smart-movements.com/mal-de-dos-ou-ailleurs/

Les canaux perceptifs préférentiels

Les canaux perceptifs préférentiels

Un outil puissant dans l’enseignement musical

Découvrir et utiliser les canaux perceptifs préférentiels de chaque élève

Nous avons chacun notre façon d’être au monde, et la manière dont chacun utilise ses canaux perceptifs est très personnel.

Découvrir les canaux perceptif préférentiels des élèves et les utiliser à bon escient offre une porte d’entrée pédagogique extraordinaire.

Notre façon d’organiser mentalement l’information est très personnelle. Lorsque nous vivons une expérience (l’apprentissage est une expérience parmi d’autres), nous nous servons de nos 5 sens mais pas forcément de manière identique et équilibrée. Et nous mettons ainsi en jeu des représentations mentales différentes pour chacun d’entre nous.

Du coup, chaque personne va “codifier” une représentation mentale de l’expérience à sa façon à l’aide de ses canaux perceptifs préférentiels. Ce qui a pour conséquence immédiate de ne pas forcément comprendre ce que les autres expriment dans de très nombreuses situations.

Nous pouvons définir 3 canaux sensoriels majeurs utilisés dans l’apprentissage, la mémorisation et la restitution musicale (le goût et l’odorat sont plus employés pour ce qui a trait à la nourriture) :

  • L’ouïe
  • La vue
  • Le toucher et la kinesthésie

Sans forcément en avoir conscience, chacun d’entre-nous va privilégier une ou 2 portes d’entrées sensorielles pour construire sa représentation mentale de l’oeuvre à jouer, mais aussi la façon de la penser, de la mémoriser, de la ressentir et donc de la restituer à l’aide de ses outils corporels. C’est ce que l’on appelle les canaux perceptifs préférentiels.

Nous pouvons ainsi définir 3 groupes d’apprenants :
  • Les auditifs : la compréhension et la mémorisation s’effectuent principalement par l’écoute
  • Les visuels : la compréhension et la mémorisation s’effectuent principalement par ce qui est vu
  • Les kinesthésiques : la compréhension et la mémorisation s’effectuent principalement par ce qui est ressenti. Apprendre en faisant

Chacun va avoir tendance à privilégier le plus souvent les mêmes portes d’entrée sensoriels et à transformer cette facilité en habitude de fonctionnement.

Cette façon de faire n’est jamais intrinsèquement bonne ou mauvaise. Elle est à priori très innée, et renforcée par les expériences rencontrées, notamment dans l’enfance.

L’idée pédagogique n’est pas de modifier ces préférences sensorielles, mais de les connaitre pour chaque élève afin de parler le “même langage” que lui et de lui faciliter la tâche.

A ne pas confondre

Il est important de ne pas confondre les prédilections dans les portes d’entrée sensorielles et les capacités intrinsèques de l’élève.

Un “auditif “par exemple n’aura pas une “meilleure oreille” qu’un visuel ou qu’un kinesthésique. Cela n’a rien à voir mais amène pourtant parfois certaines confusions. Mais un “auditif” est une personne qui utilise facilement son canal de perception auditif pour percevoir et mémoriser l’œuvre. Il aura une plus grande facilité à apprendre et mémoriser “à l’oreille”; il sera plus aisé pour cette personne d’éliminer la partition de son champ de vision.

Un “visuel” aura plus besoin d’avoir la partition devant les yeux, ou de prendre des repères visuels dans son environnement. Il sera ainsi plus aisé pour lui d’acquérir les gestes et de mémoriser les séquences lui permettant de ressentir et restituer l’oeuvre sur son instrument. Ce n’est pas pour cela qu’il lit en permanence la partition. Il y prend des repères le plus souvent incompréhensibles pour une personne privilégiant un autre canal de perception. Mais c’est très souvent source d’incompréhension avec son enseignant quand au fait de jouer “par coeur”.

Quand au “kinesthésique”, il sera beaucoup plus attentif à son environnement matériel et s’appuiera beaucoup sur ses sensations corporelles. La mémoire du geste est son alliée et la sensation vibratoire son plaisir principal. Le plus souvent il se décrit comme avec “la mémoire des doigts”. Cela ne veut bien sûr pas dire qu’il n’entend pas la musique : il la vit juste plus intensément à l’intérieur du corps par l’intermédiaire des sensations kinesthésiques et vibratoires – au lieu de la vivre par l’oeil ou par l’oreille.

Les conséquences aidantes et limitantes sont nombreuses et vous n’en n’avez ici qu’un aperçu forcément restreint.

Comment utiliser ces connaissances à bon escient ?

Lorsque ces procédés d’apprentissage sont assumés et utilisés à bon escient, ils deviennent source de facilitation énorme pour l’élève. Ils améliorent sa motivation en renforçant son sentiment de compétence. Ils augmentent sa vitesse d’apprentissage et diminuent les blocages. Pour l’enseignant, cette compréhension du fonctionnement particulier de chaque élève lui donne des outils pédagogiques puissants et lui facilite grandement la tâche.

Lorsque il a été possible de repérer une facilité évidente sur un canal de perception, il est intéressant de l’utiliser et de le favoriser lors des apprentissages complexes.

Pour aller plus loin

Par contre, développer les autres canaux est tout aussi important afin de ne pas “enfermer” la personne dans un seul canal d’apprentissage. Plus l’enseignant sera capable d’aider l’élève à multiplier les portes d’entrée sensorielles, et plus l’élève sera capable de progresser vite et bien. Cette “ouverture” à l’utilisation judicieuse des autres canaux de perception sera facilitée lors des apprentissages simples ou pratiquement acquis.

Pour faciliter l’utilisation d’un canal de perception peu utilisé, la méthode est simple : empêcher momentanément l’élève d’utiliser son canal favori.

Un “visuel” jouera momentanément les yeux fermés, un kinesthésique modifiera sa statique ou sa combinaison de mouvements, un auditif jouera avec du bruit autour de lui ou avec des bouchons dans les oreilles… Ce ne sont que des idées car chacun peut être inventif afin de trouver des modifications au niveau des situations de jeu habituelles de l’élève. Le principal étant de le faire systématiquement sous forme ludique car le cerveau est plus malléable dans les temps de divertissement sous forme de jeu, même chez les adultes!

Et surtout, amusez-vous personnellement à découvrir votre propre moyen de fonctionnement, et prenez plaisir à stimuler vos canaux peu utilisés. Vous verrez, c’est bluffant et performant.

Sources :

Plusieurs auteurs ont classifié ces différentes portes d’entrées utilisées lors des apprentissages.

Les portes d’entrée sensorielles ont plutôt été développées en PNL (programmation neuro-linguistique), et basées sur l’observation depuis de nombreuses années. Mais l’apport des neuro-sciences permet de valider ce concept. On s’aperçoit ainsi que toutes les aires corticales perceptives ne sont pas sollicitées en même temps et avec la même intensité lors d’un apprentissage ou d’une mémorisation d’information.

En conclusion

Amusez-vous à découvrir les canaux perceptifs préférentiels de vos élèves afin de les valoriser lors des apprentissages complexes, et de développer les canaux moins évidents et utilisés moins fréquemment.

Il existe des tests sensés aider à les dépister. Personnellement je les trouve peu fiables et enfermants. Je préfère grandement être à l’écoute de chaque personne, et me faire une idée  par l’observation que je valide ou que je modifie ensuite. Ce fonctionnement par tâtonnements est au final très efficient et rapide avec un peu de pratique. Et cela évite d’enfermer une personne dans un seul mode de fonctionnement. En matière de cognition, rien n’est jamais figé. Ce fut une des plus grandes découvertes sur le fonctionnement cérébrale faite grâce aux neurosciences.

N’hésitez-pas à me poser des questions au sujet de cet article, j’y répondrai avec plaisir.

Et visitez notre page technique faite spécialement pour vous, musiciens : https://www.smart-movements.com/gestes-et-postures-du-musicien/

Vous travaillez assis… Et vous avez mal au dos ?

Mal au dos : et si nous avions perdu nos instincts?

Les douleurs de dos pourrissent la vie d’un grand nombre de personnes. Cherchons un remède pour inverser la tendance.

Les douleurs de dos continuent à progresser. C’est un fait indéniable!

Elles progressent en nombre, en intensité, et surtout elles bloquent des parcours de vie!

Il doit bien y avoir une raison! Ou plutôt plusieurs raisons. En tous les cas, nous pouvons au moins dire que les techniques de soin existantes ne fonctionnent pas, ou mal… Et que ces douleurs pourrissent réellement la vie de ceux qui les vivent au quotidien!

Si vous connaissez la méthode “Intelligence du mouvement©”, vous savez qu’une des bases de notre méthode est de trouver l’origine, la cause des symptômes ou des problèmes.  Nous travaillons beaucoup à comprendre et vous enseigner les causes ou origines des douleurs de dos. Alors que veut dire « perdre nos instincts » ?

Notre manière de bouger a perdu son côté naturel, s’est éloignée de la physiologie de base de notre corps. Il est même devenu nécessaire de trouver un sens au fait de bouger.

Explications

  • Nous avons de moins en moins besoin de bouger dans le cadre de notre survie. La technologie, les différents outils mis à notre disposition, limitent nos besoins de mouvement. Le sport a remplacé le mouvement instinctif. Pratiquer une activité sportive est donc utile! Mais encore faut-il comprendre le sens de la pratique sportive, et ne pas le transformer en dictat…
  • Notre cerveau est économe : moins nous bougeons, plus il enregistre ce fait comme un moyen de survie et le transforme facilement en habitude.
  • Notre cerveau aime les routines et les habitudes. Si nous bougeons peu, il s’en contente, en prend l’habitude, et s’en satisfait.

Beaucoup de croyances limitantes se sont insinuées dans notre quotidien et entretiennent nos douleurs sans que nous en percevions l’importance :

  • Nous pensons souvent à tort que seuls les professionnels de santé peuvent nous sauver. La prévention n’est pas réellement rentrée dans la philosophie des soignants. Les pouvoirs publics ne la valorisent pas, les soignants n’ont pas beaucoup de temps à consacrer à leur patient dans un système économique déviant, leur formation les incite plus à sauver qu’à prévenir.
  • L’enseignement de la posture est privilégié par rapport à l’éducation du mouvement et du geste.
  • Il existe une tendance à remplacer le mouvement par l’idée de la force : se muscler est devenu une méthode sensée se substituer au manque de mouvement. Pourtant, “force sans souplesse n’est que ruine du corps!”
  • Un nombre important de croyances semblent insignifiantes et ont pourtant un impact fort sur la santé de notre dos. Visitez notre chaîne YouTube, vous trouverez plusieurs vidéos courtes sur certaines de ces croyances.

Mais alors, que faire pour diminuer ces douleurs à impact fort sur notre vie de tous les jours ?

Quelques pistes :

Mouvements et jeux
  • Redevenez acteur de votre santé : les professionnels de santé sont là pour vous soigner, et aussi vous aider et vous guider. Mais votre équilibre physiologique de base dépend de vous! Nous sommes là pour vous guider et vous accompagner sur ce chemin. Contactez-nous, nous avons des solutions sur mesure.
  • Retrouvez le plaisir du mouvement : ne pensez pas à bien vous tenir, mais pensez à bouger avec fluidité et plaisir. Gagnez en souplesse, en sensations agréables, et retrouvez vos jeux d’enfants. Privilégiez le plaisir par rapport à la performance mais n’hésitez pas parfois à accepter le plaisir de la performance.
  • Restez en mouvement durant certaines périodes d’activité statique : travailler à un bureau, agir debout immobile, piétiner… Toutes ces actions ne doivent pas entraîner de perte de mobilité globale. Vous pouvez au contraire en profiter pour vous faire du bien, au corps comme au mental. Dans notre programme “Aimez votre dos” , nous vous enseignons comment transformer certains actes de la vie courante en actes thérapeutiques. Et notre siège ergonomique  est conçu exactement pour vous aider à rester en mouvement pendant que vous travaillez à un bureau.
  • Profitez pleinement des périodes de repos, soit pour votre détendre totalement sans aucune contrainte posturale, soit pour entretenir votre corps tout en faisant autre chose.
  • Entretenez votre corps et votre mental dans le plaisir. Non seulement ça diminue les douleurs de dos ou d’ailleurs, mais ça augmente l’immunité globale.
  • Créez des routines agréables et éduquez votre cerveau comme un enfant gentil. Donnez-lui de bonnes habitudes, aidez-le à vous protéger naturellement dans une société en mutation. 
Les canaux perceptifs préférentiels

Comment et quand enseigner la respiration aux élèves d’instruments à vent ?

Comment et quand enseigner la respiration aux élèves d’instruments à vent est une question récurrente de la part des professeurs de musique.

Je vous livre ici le mémoire de Diane qui va certainement vous donner des pistes intéressantes.

J’ai eu la chance d’être sa directrice de mémoire durant ses études au pôle supérieur de Dijon. Diane s’est montrée passionnée et enthousiaste pour construire son mémoire.

Je la remercie de m’autoriser à en faire profiter beaucoup d’entre-vous.

N’hésitez pas à poser des questions après cette lecture afin de compléter vos informations. 

Bonne lecture!